Les prestations

Incapacité/Invalidité

Allocations journalières

En cas d’accident ou de maladie, vous pouvez être dans l’incapacité de travailler.
Les allocations journalières prévues dans nos garanties prévoyance MAGE Prévie et MAGE Prévie+ permettent de compléter une éventuelle perte de revenus due à un arrêt de travail.

Le statut de fonctionnaire prévoit qu’en cas d’arrêt de travail consécutif à une maladie ou à un accident votre employeur ne vous verse plus que 50% de votre salaire (demi-traitement) au-delà d’un certain nombre de jours d’arrêt variant selon le type de congés.

Complément de salaire

MAGE Prévie et MAGE Prévie+ assurent un complément à la part de salaire versée par l’employeur (ou indemnités versées par la Sécurité sociale).

Le versement des allocations journalières prend effet dès la mise à demi-traitement (pour tout arrêt de travail dont la pathologie déclarée ou diagnostiquée début après la date d’adhésion ou du délai de carence) et couvre toute la période où le fonctionnaire perçoit 50% de son salaire.

Exemple de cotisation
Alexandre, 45 ans, secrétaire administratif couvert en complémentaire santé par sa conjointe, cotise seulement pour MAGE Prévie.
Avec un revenu brut mensuel de 2 060,50 €, sa cotisation est de 16,69 €/mois.
En cas de mise à demi-traitement il percevra de la MAGE une allocation journalière de 16,93 € soit 507,90 €/mois (pour un mois complet de 30 jours).

 

 

La prise en charge du salaire selon le type de congé

Pour les personnels contractuels, la durée du demi-traitement employeur varie selon le statut, l’ancienneté et la durée du contrat.


Ces types de congés maladie ne concernent que les titulaires fonctionnaires.

 

Rente invalidité

En cas d’invalidité permanente reconnue par le Comité médical ou la Sécurité sociale entraîne le versement d’une rente complémentaire à la rémunération touchée par l’assuré.
Le montant de la rente dépend du taux d’invalidité retenu, qui est déterminé par expertise en fonction de l'incapacité fonctionnelle et de l'incapacité professionnelle, sous déduction des prestations versées par l'administration et la Sécurité sociale, ainsi que celles servies par tout autre organisme de prévoyance.
La rente est servie à partir d’un taux d’invalidité de 33 %.

 

Capital décès-Perte Totale et Irréversible d'Autonomie (PTIA)

Un décès prématuré peut avoir des conséquences matérielles et financières importantes pour la famille. Le Capital décès aide à faire face à ces difficultés lors de cette épreuve.

En cas de décès ou de perte totale et irréversible d'autonomie à la suite d'une maladie ou d'un accident un capital est versé aux héritiers légaux ou au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) et en cas d'invalidité à l'assuré lui-même.

 

Rente éducation (uniquement en MAGE Prévie+)

Cette prestation a pour objet le versement d’une rente trimestrielle à chacun des enfants à charge* - jusqu'à 26 ans et en cas de poursuite des études supérieures - afin d’assurer une ressource financière régulière pendant les études en cas de décès d’un  parent (adhérent principal).
Cette rente est adaptée aux besoins de l'enfant par sa revalorisation à 12 ans et à 18 ans. Elle représente un % de la dernière assiette de cotisation connue.

  • 6% jusqu'à l'âge de 12 ans
  • 9% de 12 ans à 18 ans
  • 12% de 18 ans à 26 ans (en cas de poursuite des études)

*présent sur le dernier avis d'imposition

Exemple en cas de décès
Dans le cas du décès d’une personne adhérente en MAGE Prévie+, âgée de 46 ans ayant un indice (INM) 531 + 3% d’indemnité de résidence, le capital décès versé  serait de 30 755,13 €.
Avec 2 enfants à charge (présent sur le dernier avis d'imposition et poursuivant leurs études), âgés de 12 et 14 ans, une rente trimestrielle par enfant serait versée en plus du capital décès.
Jusqu’à leur majorité les enfants percevront chacun 2767,96 € par an. Puis chacun, jusqu’à leurs 26 ans (s’ils poursuivent des études) : 3690,61 € par an.

 

Complément de salaire MAGE

MAGE Prévie et MAGE Prévie+ assurent un complément à la part de salaire versée par l’employeur (ou indemnités versées par la Sécurité sociale). Le versement d’allocations journalières prend effet dès la mise à demi-traitement (pour tout arrêt de travail dont la pathologie déclarée ou diagnostiquée débute après la date d’adhésion ou du délai de carence) et couvre toute la période où le fonctionnaire perçoit 50% de son salaire.